cinéma | mes premiers pas dans le cinéma coréen

Salut !

Récemment, j’ai décidé de m’ouvrir culturellement à des œuvres de nationalités différentes, tout comme il y a quelques mois j’ai décidé de m’ouvrir au cinéma français (on pourra en reparler si tu veux). J’avais quelque peu l’impression de tourner en rond sur ce que je regardais, jusqu’à ce que je tombe sur les films (sud) coréens d’OCS. J’en ai regardé, puis deux, puis trois.

Et je me suis dit que ça pourrait être intéressant de revenir sur ces trois films, histoire de voir ma première approche de ce cinéma.

 

Memories_of_Murder

  • Memories of Murder, Bong Joon-Ho, sorti en 2003.

« En 1986, dans la province de Gyunggi, le corps d’une jeune femme violée puis assassinée est retrouvé dans la campagne. Deux mois plus tard, d’autres crimes similaires ont lieu. Dans un pays qui n’a jamais connu de telles atrocités, la rumeur d’actes commis par un serial killer grandit de jour en jour. Une unité spéciale de la police est ainsi créée dans la région afin de trouver rapidement le coupable. Elle est placée sous les ordres d’un policier local et d’un détective spécialement envoyé de Séoul à sa demande. Devant l’absence de preuves concrètes, les deux hommes sombrent peu à peu dans le doute. »

C’est le plus vieux des trois, et le premier que j’ai regardé. Déjà c’est le réalisateur d’Okja, et Snowpiercer que j’ai tout les deux apprécié.

Je trouve que c’était une très bonne idée de commencer par celui-là pour ma part.

L’histoire m’a plu, elle m’a bien tenue par la manche malgré sa longueur et son manque d’esthétisme. Quelques plans sont jolis dans celui-là, mais je n’ai pas vraiment accroché sur ce point-là. Ceci dit l’histoire se suffit à elle-même et m’a bien occupée durant les deux heures de film. Je pense qu’il est à voir, parce que c’est un bon policier. Même si je trouve que c’était une bonne idée de débuter dans le cinéma coréen avec lui, je ne le recommande pas à tout le monde pour commencer.

 

The_Host

  • The Host, 2006, Bong Joon-Ho.

À Séoul, alors que Gang-Doo Park, vendeur au caractère immature, travaille au bord de la rivière dans un petit snack où il vit avec sa fille unique et adorable Hyun-Seo, ainsi que son père Hee-Bong, sa sœur Nam-Joo, une championne ratée de tir à l’arc, et son frère Nam-Il, un diplômé au chomage, la foule assiste à un curieux spectacle qui ne tarde pas à déclencher une incroyable hystérie, la panique : une créature monstrueuse, immense et inconnue, surgissant du fond de la rivière ne fait que piétiner et attaquer les pauvres innocents, en détruisant tout sur son chemin. Gang-du essaie de se sauver avec sa fille, mais il la perd au cœur de la foule apeurée et la voit soudain se faire enlever par ce monstre qui part ensuite avec elle au fond de la rivière

Le second et celui que j’ai le moins aimé pour l’instant. Certaines images étaient belles (notamment au début dans le grand gymnase); mais sinon je trouve qu’il a plutôt mal vieilli. Moi qui d’habitude ne calcule quasiment pas les effets mal faits, c’est quelque chose qui m’a tout de suite choqué l’œil dans celui-là. Un peu pareil que le précédent, je reproche encore le manque d’esthétisme mais je pense aussi que ce n’était pas le but de celui-ci d’être particulièrement beau.

Je ne le recommande pas puisque je ne lui ai pas trouvé grand intérêt.

 

A_Day

  • A Day, Cho Sun-Ho, 2017.

Kim Joon-Young est un chirurgien thoracique célèbre mais un père médiocre pour Eun-Jung. Condamné à revivre continuellement la journée de la mort de sa fille, il tente de percer le mystère de ce jour sans fin avec l’aide de l’ambulancier Lee Min-Chul.

Le dernier, et sans aucun doute celui que j’ai préféré. Si tu as regardé Russian Doll avec Natasha Lyonne, c’est la même idée. J’ai adoré, déjà parce qu’il est plutôt court (1h30) donc facilement regardable, et surtout parce que j’ai bien accroché à l’histoire. Au long du film, quelques petits éléments s’ajoutent à l’histoire et ça la rend plutôt intéressante et très cohérente à mes yeux. Il fait clairement parti de mes recommandations.

À noter que c’est le seul et unique film de Cho Sun-Ho.

 

Deux films appréciés sur trois, je pense que le bilan est plutôt positif. Je compte continuer à en regarder, puisqu’il en reste sur OCS que je n’ai pas vu. Je viendrais peut-être redonner mon avis sur les prochains, je ne sais pas encore.

En attendant, prends soin de toi.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s